Mieux repérer les obstacles non techniques à la transition ?
  
R. Zaharia. Document de travail "V1.3"...  17 avril 2018. (Révisé les 18-22 avril,13 juin, & 27 aout. Commentaires bienvenus !)

Parmi les acteurs soucieux de limiter la menace croissante que constitue la modification en cours de la composition chimique de l'atmosphère, l'existence d'obstacles non techniques, susceptibles de ralentir ou paralyser leur action, est trop souvent sous-estimée.
Ce document de travail tente d'éclairer une situation que Susan George pourrait qualifier de question Dracula: celles qui... craignent la lumière !

Les lois qui déterminent notre destin se répartissent en lois physiques, (la gravitation... la mécanique des fluides... le principe de Carnot...), et en lois humaines, (le libre échange... les règles comptables... la monnaie et le crédit...) 
La délimitation des taches et leur partage entre les 3 groupes de travail du GIEC fournissent un exemple de cette dichotomie.
- Lorsqu'en analysant des centaines de publications scientifiques, le Groupe I rend compte de constats préoccupants... ses membres s'abstiennent, bien entendu, de suggérer des modifications aux lois de Planck ou aux relations de Maxwell...

- Lorsqu'en analysant les revues de l'économie dominante,
(American Economic Review, Journal of Economic Literature, Journal of Political Economy (Chicago), Quarterly Journal of Economics (Harvard), Econometrica (Yale), Review of Economic Studies), les membres du Groupe III constatent que des conventions sociales ou des usages comptables et financiers se traduisent par des gaspillages colossaux, un coût du capital trop élevé, ou une préférence pour le présent trop prononcée, ils adoptent à leur tour un comportement neutre:
conformément à leur mandat, (Policy relevant & non... Policy prescriptive), ils s'abstiennent de formuler toute exigence de cohérence de l'action publique, bien propre à bousculer nos habitudes & quelques... rentes de situation !

En partant de ce constat, Nicolas Stern avait pu, il y a ~10 ans, prendre le contre-pied des économistes dominants,
(comme W. Nordhaus, encore cité 72 fois dans AR5-WGIII), et publier un article retentissant sur... le coût de l'inaction !

Pour l'essentiel, sa démonstration reposait sur une proposition, (non sans rapport avec... le rapport Lebègue !), qui consistait à cesser d'utiliser, pour comparer des projets ayant des profils de dépenses très différents, des taux d'actualisation (discount rate), de 8% ou plus.
N. Stern est certes devenu Lord Stern... mais l'usage de taux d'actualisation défavorables aux démarches d'atténuation & d'adaptation demeure largement répandu.

- La situation est encore plus critique avec la règle du Mark to Market, adoptée par l'IASB, puis incorporée dans les IFRS: elle a imprimé la dictature des Quarterly dans l'esprit des dirigeants des grands groupes industriels et financiers, et suscité des activités parasitaires comme le Trading Haute Fréquence.  L'ONG Finance Watch, basée à Bruxelles, s'efforce d'attirer l'attention sur cette situation, en particulier celle de sa voisine... la Commission ! 

- Il serait tout à fait injuste de se limiter aux démarches contradictoires du GIEC et de l'IASB: l'absence de toute exigence de cohérence dans l'action des institutions internationales est une règle universelle:
l'OMC n'est pas engagée par l'accord de Paris, (de même que les nombreux accords de libre échange, conclus ou en cours de négociation, par l'UE).

# Au regard de ces situations dangereuses pour plein d'espèces vivantes, (en particulier... la nôtre !), une démarche systématique visant à identifier & réduire les obstacles non techniques à la transition... pourrait nous faire gagner un temps précieux, pour la course contre la montre... dans laquelle les sociétés développées, (assurément moins résilientes que les peuples premiers), sont engagées.

En effet, prendre conscience de l'existence de tels obstacles est souvent une fraction importante du travail pour les réduire !

- Ainsi, parmi ceux qui détiennent un pouvoir de décision plus ou moins étendu, figurent des responsables dont la personnalité, (ou la nature des fonctions), les conduit à afficher des "certitudes tranchantes", et... plus ou moins bien fondées, (qu'il s'agisse d'informations incomplètes ou inexactes, ou de préjugés, telle, par exemple, l'affirmation de dirigeants prônant l'austérité: "Il n'y a pas d'argent magique !")
Tout ce qui est de nature à bousculer le confort intellectuel que procurent de telles certitudes doit être privilégié.
Un exemple convaincant de l'efficacité d'un tel processus est fourni par la transition, depuis l'hostilité ou l'embarras que suscitaient les premières versions du scénario Négawatt, à une quasi-reconnaissance officielle, dans l'article 2 de la loi de transition énergétique d'Août 2015. ("Maîtriser la demande d'énergie et favoriser l'efficacité et la sobriété énergétiques.")

- La survivance du système monétaire à réserves fractionnaires, (né à la Renaissance, et que plus rien ne justifie aujourd'hui), peut aussi constituer un obstacle, (en tout cas un frein), à la transition. Voir à ce sujet Climat2020.eu, ainsi que http://france-alter.info/Initiative_Monnaie_Pleine.htm

- Voir aussi d'autres aspects comme l'effet "Entre soi", (ou "Effet Establishment"), repéré il y a plus de 20 ans par P. Roqueplo: il conduit à occulter les opinions minoritaires (Cf. Météo et Climat confiant à l'INRA l'organisation du débat sur le thème Production agricole & Chg.t climatique.) Ainsi que
les liens suivants:
https://www.researchgate.net/project/Fall-2016-Creating-a-comprehensive-list-of-non-technical-obstacles-to-Climate-Change-attenuation
https://blogs.mediapart.fr/attac-france/blog/081217/le-libre-echange-ce-poison-du-climat
https://blogs.mediapart.fr/yves-besancon/blog/031117/la-famille-des-cinq-crises-du-modele-liberal-productiviste-suite-iiiv )

La démarche proposée, (Mieux repérer les obstacles non techniques à la transition), devra, bien entendu être suivie, d'un débat public sur les mesures correctives envisageables, par exemple et entre autres:

- Mettre plus en évidence nos délits d'habitude et les formidables gaspillages qu'ils entretiennent, dans nos modes de production et de consommation ! Il s'agit d'une étape décisive pour l'acceptabilité sociale de la transition, (notamment l'indispensable abandon de mottos comme "No limit !" & "Tout, tout de suite !")
Montrer l'importance de nos gaspillages, c'est ne plus se priver d'un argument décisif pour combattre l'effet de sidération !
(Cf. Patrick Viveret): une large part de notre impuissance collective résulte de l'affirmation (mal fondée...), selon laquelle la baisse de notre consommation d'énergie primaire entraînerait fatalement une baisse de la croissance, donc de notre niveau de vie:
ceux qui connaissent les 3 notions emboîtées d'énergie primaire, d'énergie finale, et d'énergie utile (elles permettent d'évaluer, d'une part les pertes & gaspillages à la production + distribution, d'autre part les pertes & gaspillages à la consommation), savent que le niveau de nos connaissances diminue beaucoup lorsqu'on passe de l'énergie primaire, (celle qu'on trouve dans la nature), à l'énergie utile (celle strictement nécessaire au service rendu.)
Dans de nombreux secteurs, on peut présumer que l'énergie utile n'est que le tiers ou le quart de l'énergie primaire.

Dans ces conditions, il est important de noter que les corrélations écrasantes... entre richesses produites et énergie mise en oeuvre, sont établies en énergie primaire (celle qui est la moins mal connue...), c. à d. qu'elles rendent également compte de 65 à 75% d'énergie ne contribuant pas à la satisfaction de nos besoins individuels ou collectifs !
(Voir par exemple http://clubdesargonautes.com/Intensite_energ_du_PIB_Janco2013.jpg )  Certes, le découplage dont nous rêvons, (entre PIB et énergie), n'est pas simple...
Il serait cependant dommage de "noircir le tableau", comme c'est forcément le cas lorsqu'on ne montre que la consommation d'énergie primaire par unité de PIB: cela revient à faire comme si les pertes et gaspillages actuels étaient inévitables.
Est-il exclu qu'une conscience plus aigue de la menace entraîne une modification des comportements ?
Est-il exclu de faire avec 1 m3 de gaz, ou 1 litre de pétrole, la même chose qu'avec 2 ? Cela s'appelle la co-génération de chaleur ET d'électricité !
(Cette façon de ré-organiser la production - & la division du travail entre électriciens & chauffagistes - permet de dépasser la limite du rendement de Carnot d'un cycle thermodynamique: le déchet thermique des processus de production d'énergie mécanique devient une ressource.)

- Restaurer la notion de Juste Besoin, c. à d. favoriser le bon usage & pénaliser le mésusage, comme dit Paul Aries.
(Davantage de vigilance - et/ou de sobriété - dans nos usages quotidiens de l'énergie... Moins de pubs couplées à des suremballages, consommateurs de matière & d'énergie.)

(Voir aussi https://annuel.framapad.org/p/Pour_une_transition_reussie )